Merci beaucoup de votre ouverture, de votre bienveillance, de votre sollicitude, et de m’avoir permis, à faire un temps de pause, en arrêt sur images du film de ma vie, et de m’autoriser à ne penser qu’à moi sans honte ni culpabilité.

3 avril 2017